Maillot de foot equipe de suisse

Au tour final, le Sénégal est placé dans le groupe 3, en compagnie du Maroc (qualifié en 1998), de l’Algérie, de l’Égypte et de la modeste Namibie. Ses débuts lors des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2012 sont catastrophiques, la sélection étant devancée par le Sénégal et la RD Congo à deux journées de la fin. Il est remplacé par son adjoint Roger Lemerre, qui conduit donc l’équipe de France dans les premiers matchs des éliminatoires pour l’Euro 2000. On notera notamment en fin d’année la première victoire de l’histoire des Bleus en terre russe. Auteurs d’une belle série de victoires et d’un précieux match nul en Suède, les Bleus n’avaient pourtant besoin de conquérir qu’un seul point sur leurs deux derniers matchs pour obtenir leur billet pour les États-Unis (en réalité, pour le match France-Israël, une victoire aurait été synonyme de qualification, et un nul n’aurait suffit qu’en cas de scénario favorable lors des autres matches). Un revers qui ouvrait une décevante série de rencontres préparatoires pour l’Euro. Bilan parfait pour l’équipe de France, qui obtient son billet pour l’Euro 1992 en remportant tous ses matchs de qualification, sortant notamment victorieuse de périlleux déplacements en Tchécoslovaquie et en Espagne.

Cette victoire face à l’Ukraine est considérée comme le match clé de l’ère Deschamps, symbole du lien renoué entre le public et l’équipe de France, et point de départ à une montée en puissance de la sélection pour les compétitions suivantes. Déception pour l’équipe de France, qui se fait éliminer sans gloire dès le premier tour de l’Euro 1992 organisé en Suède, compétition où elle figurait pourtant parmi les favoris. L’équipe des Pays-Bas se fait éliminer dès le premier tour par la Suisse. Cette moyenne est affectée négativement par les affluences inférieures générées par les équipes réserves des équipes professionnelles. Le match de football RFA contre Autriche a eu lieu le 25 juin 1982 à Gijón en Espagne pendant la coupe du monde 1982. Appelé quelquefois en France le « match de la honte », il est connu en allemand sous le nom de « Nichtangriffspakt von Gijón » (le pacte de non agression de Gijón) ou « Schande von Gijón » (la honte de Gijón). Enzo Bearzot prend en main l’équipe nationale en 1975 après l’échec du Mondial allemand. L’Italie, qualifiée automatiquement, est amenée à défendre son titre mondial lors la Coupe du monde 1986 au Mexique.

L’équipe des Pays-Bas de football est demi-finaliste de la Coupe du monde de 1998 disputée en France. Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article intitulé « Match de football France – Espagne (1998) » (voir la liste des auteurs). Son dernier match est sans enjeu mais l’Algérie gagne contre l’équipe du Mali (1-0) à la maison. Décevants lors de leurs matchs préparatoires, les Bleus sont entourés d’un certain scepticisme au moment d’aborder la Coupe du monde, et la contestation médiatique autour du sélectionneur national Aimé Jacquet est à son comble. Les Bleus achèvent ainsi leur tournoi par deux rencontres sans but. La fin d’année est marquée par le début des éliminatoires pour l’Euro 1988. Défaits à domicile par les Soviétiques, les Français compromettent grandement leurs chances de qualification. Dans la continuité de la fin d’année 1988, l’équipe de France enchaîne les résultats négatifs et ne parvient pas à se qualifier pour la Coupe du monde 1990 en Italie. Lors de ce dernier match, c’est un but du Bulgare Emil Kostadinov à 2 secondes de la fin du temps réglementaire qui prive la France de Coupe du monde. La seconde période voit les Grenoblois se montrer plus entreprenants à l’image du jeune Paillot qui reprend un coup franc de Batlles mais c’est à côté.

La seconde période reprend, les Lillois dominaient. Peu après l’Euro, le sélectionneur national Michel Platini annonce sa démission, malgré un bilan positif de 16 victoires pour 27 matchs. Pour décrocher un cinquième titre continental, les Blue Samouraïs doivent battre le Qatar, pour qui il s’agit de la toute première finale de son histoire, mais un adversaire auteur d’un sans-faute (six victoires en six matchs, meilleure attaque et meilleure défense de la compétition avec 16 buts inscrits et aucun encaissé) et qui avait créé la sensation en quarts de finale en éliminant la Corée du Sud (1-0). Malgré une domination du match en termes de possession de balle et de nombre total de tirs obtenus, le Japon ne parvient pas à aligner un septième succès de rang dans la compétition et est battu sur le score de 1-3. Les coéquipiers d’Hiroki Sakai ont tout particulièrement manqué de réalisme offensif, ce qui avait pourtant été le point fort de leur précédente sortie en demi-finale contre l’Iran ; puisque les Blue Samouraïs n’ont cadré qu’une seule de leurs 12 tentatives, cet unique tir cadré fut la réduction du score de Takumi Minamino à la 69e minute de jeu (1-2), tout l’inverse des Al-Annabi qui se sont montrés plus dangereux à chacune de leurs incursions dans le camp adverse et qui ont cadré 3 tirs sur 9, pour 3 buts.

Si vous êtes intéressé par LINK, veuillez consulter notre page Web.